Préparation DELF B2

II- Compréhension écrite
Lisez l’article et répondez aux questions de compréhension:

DÉCRYPTAGE

Une France trop tolérante avec le racisme

Par Sylvain Mouillard et Marie Piquemal

L’enquête annuelle évaluant la xénophobie révèle un pays tiraillé par ses crispations identitaires, où 7 personnes sur 10 estiment qu’il y a trop d’immigrés.

C’est un portrait plutôt déprimant de la France de 2014. Depuis vingt-cinq ans, la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) dresse un état des lieux annuel sur le rapport des Français au racisme, à la xénophobie et à l’antisémitisme. Son rapport est une référence. Réalisée à partir d’entretiens en face à face et au domicile des sondés, l’étude permet de comparer, année après année, l’évolution d’indicateurs clés, tels que la relation aux immigrés, aux religions, ou encore à certaines minorités.

En 2009, les Français n’avaient jamais été aussi tolérants. Cinq ans plus tard, le portrait s’assombrit : 70% des Français estiment que le pays compte trop d’immigrés. 45% ont une opinion négative de l’islam et certains vieux préjugés antisémites atteignent des niveaux élevés. D’autres indicateurs vont dans le même sens. «Les actes antimusulmans recensés pendant le seul mois de janvier 2015 ont été aussi nombreux que pendant toute l’année 2014», note par exemple Christine Lazerges, la présidente de la commission.

41% des personnes interrogées le mois dernier se disaient favorables au rétablissement de la peine de mort (+2,8 points en quatre mois). 44% ont le sentiment que les tribunaux ne sont pas assez sévères (+ 9).

Islam, mieux accepté en théorie qu’en pratique

Ce que pensent les Français de l'islam

L’attitude des personnes interrogées à l’égard de l’islam est ambivalente. Près de la moitié voient les musulmans comme «un groupe à part dans la société», contre 6% pour les catholiques, 8% pour les protestants et 28% pour les juifs. Dans le même temps, 67% des Français estiment que leurs concitoyens musulmans doivent «pouvoir exercer leur religion dans de bonnes conditions». En théorie, la pratique de l’islam semble plutôt acceptée, mais l’exercice du culte, même dans la sphère privée, heurte. 46 % considèrent que la prière «peut poser problème à la vie en société». 40 % jugent potentiellement gênante l’interdiction religieuse de boire de l’alcool, ou de manger du porc. Ces chiffres ont explosé depuis 2003, puisque ces pratiques ne dérangeaient que 23 et 13 % des sondés. La statistique frise 93% pour le voile intégral.  «Il y a une logique de transformation des préjugés dans le temps. Aujourd’hui, il existe un racisme subtil, qui consiste à se cacher derrière de bons arguments pour masquer ses préjugés. Par exemple, s’opposer au voile intégral en disant qu’il s’agit d’un acte de soumission des femmes… La vraie raison est le rejet de l’islam en bloc.»

Immigration, des opinions hostiles et paradoxales

Ce que pensent les Français des immigrés

Les trois quarts des sondés affirment que les immigrés rejoignent l’Hexagone pour bénéficier de la protection sociale. Dans la même veine, 59% estiment qu’on a plus de chances d’accéder aux aides quand on n’est pas Français. Et plus d’un tiers des citoyens juge qu’un «enfant d’immigrés né en France n’est pas vraiment Français». Ces préjugés ne sont pourtant pas exempts de contradictions. Ainsi, près de 70% des personnes interrogées considèrent que «les travailleurs immigrés doivent être considérés ici comme chez eux puisqu’ils contribuent à l’économie française». Ils sont 63% à penser qu’ils sont une source «d’enrichissement culturel». Ces deux indicateurs ont toutefois nettement chuté depuis 2008 : à l’époque ils étaient respectivement de 81% et 73%.

Roms, un rejet généralisé

Ce que pensent les Français des Roms

Personne n’aime les Roms, et les gens interrogés l’admettent très volontiers. «Ce regard négatif sur les Roms s’étend jusqu’à l’acceptation de propos racistes à leur égard, tenus en public», note la commission. Les clichés ne manquent pas : 81% des personnes interrogées considèrent que les Roms «exploitent très souvent leurs enfants».

Judaïsme, la persistance des vieux préjugés

Ce que pensent les Français du judaïsmeLe sentiment que les juifs sont «des Français comme les autres» est aujourd’hui partagé par 85% des personnes interrogées (contre seulement un tiers en 1946). Les opinions évoluent dans le bon sens, mais certains préjugés anciens restent à des niveaux inquiétants. Depuis deux ans, la CNCDH mesure la persistance de ces clichés. 63% des personnes interrogées pensent, par exemple, que les juifs ont «un rapport particulier à l’argent». 37% qu’ils ont «trop de pouvoir».

Source: http://www.liberation.fr/societe/2015/04/09/une-france-trop-toleranteavec-le-racisme_1238084

Questions de compréhension: